Retour

Sécurité : La population d'Aba demande sa protection


16/08/2020 - Aba

Pour échapper aux attaques conjointes de la force onusienne Minusca et FACA (Forces armées centrafricaines), les éléments du mouvement rebelle 3R (Retour, réclamation et réhabilitation) ont installé leur base à Aba, dans la préfecture de la Nana-Mambéré, au nord-ouest de la RCA. Leur présence dans la région a créé la psychose parmi les habitants.

Pour fuir les représailles, la majeure partie de la population s’est éparpillée dans la brousse ou dans des localités environnantes. Face à cette situation désastreuse, elle appelle à l’aide. Après avoir perdu le contrôle de plusieurs de ses bases dans  les préfectures de l’Ouham-Péndé et de la Nana-Mambéré au profit des Casques bleus de la Minusca et des militaires centrafricains, le mouvement 3R tente de se reconstituer dans la région d’Aba, sous les ordres  de son leader, Abass Sidiki. Sur place dans la ville, il multiplie les exactions sur les populations civiles.

Sous couvert d’anonymat, un habitant d’Aba joint au téléphone, explique leur calvaire : « Depuis leur incursion dans la région, ils multiplient les exactions contre les civils. Pour l’heure, ils appliquent des contrôles stricts sur la circulation dans le secteur. Aussi, ils n’hésitent pas à infliger des sanctions corporelles et prélèvent de l’argent sur les motocyclistes, les automobilistes et les piétons. En plus, ils imposent de nouvelles taxes aux artisans miniers, pour la plupart des étrangers venus d’autres pays d’Afrique. »

Violents combats et déplacement de la population

Ensuite, il a appelé les ONG humanitaires à porter un regard particulier sur le sort des populations privées de leurs activités. « La majorité de la population se trouve actuellement dans la brousse sans abri ; d’autres ont fui les représailles et se retrouvent en ce moment dans les villages environnants. J’en appelle à tous de porter un regard particulier sur notre situation. Nous sommes privés de tous nos moyens de subsistance », a-t-il plaidé.  

De violents combats ont opposé depuis quelques mois la force conjointe Minusca-FACA aux éléments du mouvement 3R d’Abass Sidiki, qui multiplient les exactions contre les populations civiles dans les préfectures l’Ouham-Pendé et de la Nana-Mambéré. Cette situation a provoqué le déplacement massif de la population.

Dans le nord-ouest, principalement dans les préfectures de la Nana-Mambéré, de l’Ouham-Péndé et de Mambéré-Kadéi, le mouvement rebelle 3R porte la lourde responsabilité de ces crimes de guerre.

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org