Retour

Projet CIPP : un bilan satisfaisant cinq ans après


26/11/2020 - Centrafrique

Après cinq années d'exercice auprès des personnes vulnérables et des efforts pour la consolidation de la paix, le Directeur du projet CIPP a présenté, le mercredi 25 novembre dernier, un bilan satisfaisant des activités menées.

Entre un pays fragilisé par les crises et un peuple soumis aux traumatismes et au chômage, le projet CIPP est intervenu dans différents secteurs. Afin de bander les plaies  et abréger la souffrance des victimes. Mis en place début janvier 2016, le projet a œuvré comme un partenaire de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) pour le retour et la consolidation de la paix.  Pour y parvenir, des formations ont été organisées à l'intention des organisations de la société civile, des institutions religieuses et gouvernementales dans l'optique d'aller vers une paix durable.

Pour occuper les jeunes et résorber le chômage, le projet CIPP s'est également engagé à rétablir les moyens de subsistance dans les zones touchées par le conflit. En constituant des groupes d'épargne basés sur la communauté et rassemblant toutes les religions et toutes les ethnies. Dans cette lancée, le projet attribue des financements aux associations et aux microentreprises afin de lancer des activités économiques viables. C'est ce que témoigne Moussa Yaya, coordonnateur du groupement « Vivre ensemble » de PK5. Il a bénéficié d'une formation et d'un  financement du projet. « Nous avons été initiés  au Centre de formation de la Jeunesse pionnière nationale  de Nzila, sur la route de Mbaïki, dans  l'élevage des poulets de chair. Après cette formation, nous avons commencé à travailler,  tout en fabriquant les briques cuites et non cuites. Aujourd'hui, grâce au projet CIPP, nous retrouvons notre place dans la société », a-t-il témoigné.

Les victimes de traumatisme n'ont pas été épargnées dans le cadre de ce projet. Grâce aux différentes formations et échanges sur la prévention de la violence basée sur le genre, ainsi que les multiples partages avec les victimes atteintes de traumatisme, beaucoup ont été guéries et libérées de leurs peines.

Mis en place le 4 janvier 2016, le projet CIPP a œuvré dans plusieurs régions de la RCA. Notamment dans les huit arrondissements de la ville de Bangui, dans l'Ombella-M'poko, la Lobaye, la Nana-Mambéré, la Kémo, le Mbomou et la Ouaka. Précisément dans les zones les plus touchées par le conflit. Au terme de ce projet le 3 janvier 2021, les besoins sont encore énormes. Beaucoup souhaitent son renouvellement pour le bien-être du peuple et un changement de mentalité.

© PCRC-CellCom – Stève Martial Mbétissinga

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org