Retour

Les victimes de la crise centrafricaine réclament l'amélioration de leurs conditions de vie.


15/07/2020 - Bangui

Les victimes des conflits et de la longue crise de notre pays n’en peuvent plus. L’assistance humanitaire qui leur est fournie ne suffit plus. L’AVED réclame une réponse adéquate pour enfin améliorer leur quotidien.

Les populations ont été prises pour cible pendant la conquête des villes jusqu’à la prise du pouvoir de la rébellion Seleka en décembre 2012. La crise s’est aggravée le 5 décembre 2013 quand le groupe dit Antibalaka a attaqué le Camp de Roux, siège du pouvoir, entraînant ainsi la détérioration de la situation sécuritaire. Depuis, de nombreux projets de résilience et d’appui aux victimes ont été mis en place pour la réparation et la réinsertion socioprofessionnelle de celles-ci.

Dans un rapport publié le 13 juillet 2020, l’Association des Victimes des évènements de 2012-2014 (AVED), constate qu’en dépit de l’assistance humanitaire des organisations non gouvernementales tant nationales qu’internationales, les victimes vivent toujours dans des conditions déplorables.

«Les victimes centrafricaines ont toujours besoin d’aide financière, d’assistance juridique, d’assistance sanitaire, d’appui en matériels agricoles et des ustensiles de cuisine. Avec cette assistance, elles seront en mesure de subvenir à leurs besoins et d’avoir accès à la justice », a plaidé Hervé Sevérin Lidamon, coordonnateur de l’AVED. Il a ensuite précisé : « Nous avons les victimes de pillages, les victimes d’assassinats, les victimes des violences basées sur le genre et celles d’incendie des maisons. Elles ont toutes besoin d’assistance multiforme. Nous allons présenter toutes les données rassemblées dans notre rapport aux partenaires et plaider la cause des victimes. »

Ces données ont été collectées auprès des victimes de plusieurs préfectures du pays : l’Ombella-Mpoko, la Ouaka, la Nana-Gribizi, la Kémo, la Basse-Kotto, le Haut-Mbomou et la capitale Bangui. Sur recommandation du forum de Bangui (2015), la « Commission Vérité Justice Réparation et Réconciliation » a été créée pour réparer les dommages des victimes et faciliter leur accès à la justice. Il est temps qu’elle passe à l’action.

© PCRC-CellCom – Pétrus Namkoina

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org