Retour

Les leaders religieux et les autorités locales de Bangui, Bimbo et Bégoua renseignés sur la prolifération des armes de guerre


12/10/2020 - Centrafrique

« Faire taire les armes » est le slogan marquant le lancement du projet « Remise volontaire d'armes égale paix et sécurité » par le président Faustin-Archange Touadéra, le 25 septembre 2020. Pour concrétiser cette action, une campagne de sensibilisation s'est ouverte le 07 octobre dernier à l'intention des leaders religieux et des autorités locales de Bangui, Bimbo et Bégoua. C'est une initiative de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (COMNAT ALPC).

Cette campagne d'information a démarré dans le 2ème arrondissement de Bangui. Elle regroupait les chefs de quartiers, les notables, la société civile et les leaders des différentes dénominations. Il s'agissait de leur expliquer les dangers de la détention des armes de guerre dans les localités, afin qu'ils servent de relais auprès de leurs  administrés et fidèles. L'objectif de cette édification est d'amener la population civile à prendre conscience des méfaits des munitions de guerre. En les encourageant à remettre volontairement les armes de toute nature aux départements concernés. Aussi est-il indispensable de favoriser la libre circulation des personnes et des biens au moment où les civils détiennent encore des armes pour leur auto-défense.

Selon le secrétaire  exécutif de la COMNAT ALPC, Jean-Pierre Bétindji, la sécurité revient progressivement dans ces secteurs. D'où la nécessité d'impliquer les autorités locales et les représentants religieux. Car ils jouent un rôle majeur dans l'éradication de l'incivisme et des violences de la population de leur circonscription. L'intérêt de cette campagne est axé sur la remise volontaire des armes à l'autorité de l'Etat, avec l'appui des Unités Mixtes de Sécurité (USM). Il précise également que c'est l'accomplissement du Plan national adopté par le gouvernement. La remise volontaire des armes est, en effet, une priorité.

Au cours de ces assises, les notables et les leaders religieux ont exprimé leur opinion pour le bon déroulement de l'opération. Parmi tant de préoccupations, ils évoquent la problématique des mesures d'accompagnement. A ce sujet, Jean-Pierre Bétindji a répondu : « C'est d'abord un acte citoyen, on ne peut pas imaginer le prix de la sécurité. Cette remise est volontaire. Un citoyen n'a pas besoin d'une arme pour sa sécurité ; c'est l'Etat qui pourra établir un projet de compensation. »

Par ailleurs les participants ont mis à jour des recommandations à l'intention des organisateurs de la COMNAT ALPC qui sont, entre autres, le renforcement des USM dans les secteurs sinistrés, ainsi que les mesures d'accompagnement en activités génératrices de revenus (AGR).

Ce projet a été lancé le 25 septembre à Bangui par le président de la République, sur l'initiative de l'Union africaine  appelée « Faire taire les armes en Afrique ». La RCA fait partie des pays retenus. Démarrée le 7 octobre, cette campagne de lutte contre la prolifération des armes de toute nature prend fin le 15 octobre 2020.

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org