Retour

Le président de l'AEC soutient le projet de dialogue républicain


10/04/2021 - Centrafrique

Dans son adresse à la nation le 18 mars 2021, le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a annoncé l’organisation d’un dialogue républicain afin de mobiliser les énergies créatrices pour sortir le pays du cercle vicieux des violences. Initiative soutenue par l’Alliance des Evangéliques en Centrafrique (AEC) à travers son président, Singa Gbazia.

 Dans une interview qu’il nous a accordée, le président de l’AEC et membre du conseil d’administration de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC), le révérend pasteur Nicolas Aimé Simplice Singa Gbazia a soutenu le projet de ce dialogue. Pour lui, la véritable paix ne doit pas passer seulement par la guerre menée contre l’ennemi. Il estime qu’il est important que les protagonistes de la crise se mettent autour de la table afin de chercher des issues pour sortir le pays du cycle d’instabilité.

 « Je pense qu'il est important d'aller à ce dialogue. Mais il faut que cela soit un dialogue entre les Centrafricains. Une occasion qui permettra aux fils et filles du pays de se dire la vérité entre eux, à cœur ouvert, en faisant usage de la langue nationale, le sango, afin de bien véhiculer les messages », a déclaré le président de l’AEC. Et d’ajouter : « Lors de ce dialogue, les Centrafricains doivent bannir la différence ethnique, religieuse et politique, en ayant à cœur l'esprit de nationalisme. J'affirme qu'il est anormal qu'on discute avec les étrangers car la crise que traverse la République centrafricaine est nationale. »

Pour la libre circulation des personnes et des biens

Le président Touadéra venait d’être investi pour son second mandat à la magistrature suprême de l’Etat après sa réélection aux scrutins du 27 décembre 2020. Si, de part et d'autre, il y a des préoccupations et que le président lui-même a sa vision politique, le révérend pasteur Singa Gbazia a aussi ses attentes. Interrogé sur cet aspect, il a exhorté le président Touadéra à mettre l’accent sur la sécurité afin de favoriser la libre circulation des personnes et des biens. Car le développement passe par la sécurité et l’éducation des jeunes. « Je félicite d'abord le président Touadéra pour sa réélection. Cependant, comme les Centrafricains le souhaitent, le chef de l'État doit mettre un accent particulier sur la sécurité afin qu'on ne parle plus de rébellion dans le pays. Pour ce faire, il a intérêt à rajeunir l'armée et la redéployer sur toute l'étendue du territoire. Ensuite, en tant que professeur, il doit revoir le système éducatif et favoriser la formation professionnelle qui donnera du travail aux jeunes », a-t-il déclaré. 

Il ne s'est pas arrêté là. Il a estimé importante « la construction des routes bitumées pour faciliter la libre circulation des biens et des personnes. Les infrastructures sanitaires adéquates sont également indispensables. En outre, le secteur agricole et l'élevage sont à prioriser pour rendre réelle l'autosuffisance alimentaire ».

 Afin de réussir cette mission, l'homme de Dieu a demandé au président Touadéra de s'entourer de personnes qui ont l'amour de la patrie. Pour travailler ardemment et relever le pays sur tous les plans.

© PCRC-CellCom – Brice Ledoux Saramalet

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org