Retour

Le gouvernement sensibilise les leaders musulmans sur la prévention de la COVID-19 et la campagne de vaccination


07/06/2021 - Centrafrique

Le 25 mai 2021, les imams de Bangui se sont retrouvés dans un échange d’informations sur la campagne de prévention de la Covid-19. L’objectif est de leur parler du vaccin déjà disponible dans le pays. Ces responsables religieux ont la responsabilité de servir de relais auprès de leurs ouailles dans les lieux de prière. C’est une initiative du gouvernement dans la riposte contre cette épidémie, à travers le ministère de la Santé et de la Population. 

Dans la politique de préserver la santé publique, qui est une priorité, le gouvernement élargit la communication sur la pandémie pour une meilleure compréhension. D’où la nécessité d’impliquer les leaders communautaires. Selon le docteur Pierre Somsé, chef du département qui a présidé les assises, il est question de mobiliser les imams de Bangui pour leur expliquer les messages importants de la maladie à coronavirus et les sensibiliser sur la campagne de vaccination qui se poursuit. Dans ses propos, le ministre a sollicité la coopération de ces leaders religieux musulmans. Tout en édifiant les membres de la communauté afin de respecter les mesures barrière et une adhésion massive pour la vaccination.

Au cours de cette rencontre, les deux parties ont mis à profit les points essentiels qui peuvent renforcer cette collaboration dans la riposte. Pour leur part, les imams se disent déterminés dans cette lutte car, auparavant, ils ignoraient les informations adéquates sur cette maladie. Ce cadre de partage d’informations est désormais un enjeu contre la propagation de la maladie dans la communauté musulmane. Mahamat Karim,  un des responsables, est plus précis« Il est vrai que cette maladie est encore ignorée par nos pairs. Grâce à cette rencontre, nous sommes édifiés sur les mesures préventives et la campagne de vaccination en cours dans les  différents centre de santé », a-t-il déclaré.

Les participants se disent engagés à accompagner cette politique. « À l’instant même, notre devoir est de faire une communication de masse dans nos arrondissements respectifs pour convaincre la communauté à se rendre dans les lieux sanitaires pour se faire vacciner », a indiqué l’un d’eux. Suite à l’intervention du ministre de la Santé et de la Population, les concernés affirment que le vaccin anti COVID-19 est sans danger. Ils lancent  un appel à toute la communauté musulmane de se faire vacciner pour une meilleure protection.

Au terme  des échanges, les leaders musulmans ont exprimé quelques besoins à l’endroit du gouvernement afin de mener à bien la riposte. Citons le renforcement des capacités sur les connaissances de la pandémie, la mise en place des dispositifs anti-coronavirus, la demande de doses de vaccin à l’intention des pèlerins de la Mecque et, enfin, des dispositions spécifiques pour les garants chargés des traitements des dépouilles mortelles.

© PCRC-CellCom –Claire Kokanzo 

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org