Retour

Le CSISCA condamne les attaques armées et appelle au calme


26/12/2020 - Centrafrique

Le Conseil supérieur islamique de Centrafrique (CSISCA) condamne avec fermeté les hostilités orchestrées par les groupes armés ces derniers temps, alors que le pays organise les élections générales. Car il faut préserver la paix, la cohésion sociale et le développement. Cette condamnation a été exprimée lors d’une rencontre entre les organes et associations de base et le bureau exécutif du CSISCA tenue le 21 décembre dernier à Bangui.

La République centrafricaine commence peu à peu à retrouver le chemin de la paix après de longues années de crises. Ceci grâce aux multiples efforts consentis par les autorités religieuses et politiques, y compris la communauté internationale. Malgré  ces efforts, les ennemis de la paix en Centrafrique continuent de fouler aux pieds ces actions. Ces derniers jours, alors que la Centrafrique se lance dans le processus électoral, les groupes armés ont accentué les hostilités, pillant, détruisant et faisant fuir les paisibles populations. Ce qui perturbe le bon déroulement du scrutin dans certaines parties du pays.

A cela, le bureau exécutif du CSISCA, en concertation avec ses organes et associations de base, interpellent les acteurs. « La classe politique et les leaders des groupes armés doivent faire preuve de maturité afin d’éviter toute confrontation violente. Le dialogue reste l’unique voie salutaire pour la recherche d’une entente nationale. Nous demandons au gouvernement d’utiliser des voies diplomatiques, politiques et stratégiques, en respect avec la souveraineté nationale, en vue de solutionner cette nouvelle forme de crise qui vient aggraver le sort de la population centrafricaine. Et nous sollicitons la MINUSCA à ne pas jouer à l’attentisme, d’appliquer dans toute sa plénitude la résolution 2552, notamment le paragraphe relatif aux tâches prioritaires, dont la prévention de la violence et surtout la sécurisation du processus électoral de décembre 2020 », ont-ils déclaré.

Ils ont par ailleurs demandé aux groupes armés de respecter leurs engagements. Surtout celui de l’Accord du 6 février 2019 dans lequel ils s’engageaient à ne pas conquérir le pouvoir par la force. Ils ont également demandé à la population de rester lucide et de ne pas céder à la manipulation de tout genre afin d’éviter que le pays puisse replonger dans la violence.

Cet appel intervient au moment où la République centrafricaine organise les élections groupées pour la paix et la stabilité, et où certains groupes armés sévissent encore dans plusieurs parties du pays.

© PCRC-CellCom – Marly Pala

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org