Retour

Lancement de la 2e édition de la campagne 'Talent d'adolescents et jeunes pour la paix et la santé en RCA'


20/07/2018 - Bangui

La Campagne Talents d'adolescents et jeunes pour la paix et la santé en RCA est un programme de plaidoyer et de communication qui vise à faire la promotion de la participation des adolescents et des jeunes à la résolution des problèmes qui se posent à eux, mettant à contribution leur génie, leur talent et leur potentiel.

Elle s'appuie surtout sur la communication autour des valeurs de paix et de promotion de la santé sexuelle et reproductive de cette couche de la population.

Autour du thème ‘Cohabitation pacifique, la prévention du VIH/SIDA et des grossesses précoces' les activités sont orientées vers la promotion et l'épanouissement, le développement et la participation des adolescents et jeunes de Bangui et de 9 villes des provinces en matière de santé, de paix et de cohésion sociale. 200.000 adolescents et jeunes de 10 à 24 ans de la capitale, de Bimbo, Boda, Yaloké, Sibut, Kaga-Bandoro, Dekoa, Bossangoa et Bambari sont les groupes cibles de ce projet.

Pour cette année, comme la précédente, la campagne se fera par le truchement de sketchs, poèmes, chansons modernes, chansons d'inspiration traditionnelle, dessin ainsi que le football Maracana.Les meilleurs talents seront récompensés au cours d'une soirée dite « nuit des lauréats ».

Prévue pour une durée de six mois, cette campagne est encadrée par le département de la jeunesse et des sports, sous la conduite du Comité de campagne présidé par le ministre de la Jeunesse, Silver Simplice Ngarso. Des comités locaux seront installés dans les arrondissements de la ville de Bangui et dans chacune des provinces bénéficiaires des activités de cette campagne.

« Ce programme est en notre faveur, nous, jeunes centrafricains », a déclaré lors de la cérémonie de lancement Melle Pamela Derom, vice-présidente du Conseil national de la jeunesse, particulièrement impliquée dans ce programme initié par le gouvernement. Elle a tenu à signaler qu'au-delà de la préoccupation exprimée par le gouvernement pour la création « des conditions favorables à l'épanouissement des jeunes en Centrafrique en vue de les dissuader des aventures rebelles et de la violence armée », cette activité est conforme à la résolution 2250 du Conseil de Sécurité des Nations Unies en faveur des jeunes qui dit : « Les jeunes devraient prendre une part active à l'instauration d'une paix durable et œuvrer à la justice, à la réconciliation…» Cette même résolution considère que l'importance démographique de la jeunesse est un atout qui peut contribuer à instaurer durablement la paix et la prospérité économique. Aussi, par sa voix, la jeunesse demande aux autorités de doubler d'effort pour ramener la paix en Centrafrique. Car, aucun progrès n'est possible s'il y a toujours des crépitements d'armes de guerre. Il en est de même des talents attendus de la jeunesse centrafricaine qui ont besoin d'un environnement social apaisé pour se mettre en évidence.

Pamela Derom reconnait la responsabilité des jeunes dans la crise en cours, pour avoir cédé à la manipulation. C'est l'occasion ou jamais d'en prendre conscience et de ne plus tomber dans le piège des manipulateurs, d'autant que chrétiens et musulmans ayant toujours eu la RCA en partage.

La Marraine nationale, Marie-Noëlle Koyara, la ministre de la Défense, ne s'est pas empêchée d'extérioriser ses sentiments de culpabilité. Elle a demandé pardon, en tant qu'adulte et au nom du gouvernement, pour leur responsabilité dans le malheur qui est arrivé au pays. Cependant, à la jeunesse, elle a lancé un message d'exhortation à l'utilisation de son talent pour la paix, la réconciliation, l'unité, la santé et l'avenir. Et de transcender à jamais l'esprit de haine, de vengeance et de violence.

Le ministre de la Jeunesse, Silver Simplice Ngarso, auteur du programme, a indiqué de son côté que le programme initié par le gouvernement, rentrant dans le cadre du plan national de relèvement et de consolidation de la paix, a pour objectif de pousser les jeunes à adopter une attitude responsable, de leur faire prendre conscience de leur santé et leur bien-être, leur épanouissement et leur réussite personnelle.

Il faut aussi noter que la cérémonie a été marquée par la présence, aux côtés de la marraine nationale, d'autres, co-marraines, Félicité Ko et Hadja Hashta. De nombreuses ONG, surtout celles conduites par des jeunes, étaient présentes à cette cérémonie de lancement. Elles en ont profité pour exposer des produits de marque, destinés à la vente.

© PCRC-CellCom - Askin Bamako

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org