Retour

La plateforme I LONDO AWE demande la prise en compte des femmes dans la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation


06/10/2020 - Centrafrique

Les recommandations issues du Forum national de Bangui ont abouti à la mise en œuvre d’une Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) en vue de lutter efficacement contre l’impunité. Pour la mise en place de cette Commission, les femmes réclament leur prise en compte à travers la plateforme « I londo awe » (Levons-nous) !

La République centrafricaine a longtemps été meurtrie par les violences de masse cycliques, entraînant au passage des pertes en vies humaines. Pour mettre un terme à cette longue période d’impunité, marquée par la violation des droits de l’homme avec des victimes abandonnées à leur sort, les travaux de la mise en place de la CVJRR, devant prendre en compte les préoccupations des victimes, sont dans leur dernière phase. Les membres de la commission de sélection des candidatures aux postes de commissaires produiront bientôt le résultat de leurs travaux. 

« Sans les femmes, il n’y aura pas de paix durable en République centrafricaine. C’est la dernière chance  pour envoyer un signal fort aux autorités de notre pays. Les commissaires qui seront sélectionnés vont œuvrer dans la loyauté afin de créer les conditions d’une paix durable, condition indispensable au développement et au vivre-ensemble. Sur les onze commissaires, nous demandons que  six soient des femmes », a déclaré Rosalie Kobo-Beth, porte-parole de la plateforme I londo awe.  Aussi, elle regrette le fait qu’en Centrafrique, malgré la promulgation de la loi sur la parité, les femmes sont toujours absentes des instances de prise de décision.

Un séminaire gouvernemental sur la consultation populaire nationale relative à la mise en place de la CVJRR a été organisé le 13 mai 2019 à Bangui. Au terme de cette consultation, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Centrafrique,  Mankeur Ndiaye, avait réitéré l’engagement de la mission onusienne à soutenir ladite Commission. « La vérité doit être connue, de même que l’identité des auteurs. Ainsi que les causes, les faits et les circonstances dans lesquelles ces violations ont été commises. Devant le gouvernement et le peuple centrafricains, la MINUSCA s’engage à accompagner le processus de la mise en œuvre rapide de la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation. Et à exécuter son mandat en faveur de la réconciliation pour une paix durable dans ce pays, en ayant toujours à l’esprit les droits des victime», a-t-il réaffirmé.

La mise en place de la CVJRR fait partie des recommandations du forum de Bangui de 2015. Elle est aussi prévue dans le cadre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA) du 6 février 2019.

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoina, Secrétaire de Rédaction 

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org