Retour

La République centrafricaine commémore ses victimes


11/05/2021 - Centrafrique

Le 11 mai 2021, la République centrafricaine commémorait la 6e édition de la Journée nationale des victimes. Thème retenu pour cette célébration : « Non au recours aux armes pour la prise du pouvoir de l'Etat ; oui à la lutte contre l'impunité, à la justice et à la réparation pour les victimes » !

Instaurée en 2015 au lendemain du forum national de Bangui par l'ancienne présidente de la transition, Catherine Samba Panza, la Journée  nationale des victimes a été instituée pour se souvenir des victimes des multiples crises survenues dans le pays, de décembre 2012 à ce jour. Cette sixième célébration semble particulière, avec la rupture avec l'impunité prônée par le chef de l'Etat, Faustin-Archange Touadéra, lors de son investiture le 30 mars dernier. 

Aujourd'hui, les victimes attendent de voir leurs bourreaux traduits en justice, afin d'apaiser leur peine. Cette Journée n'est pas dédiée à la réjouissance, selon Francine Evodie Ndémandé, présidente de l'Association des victimes.  « Chaque victime doit réfléchir sur le sang qui a été versé et qui continue de couler par la faute des groupes armés. C'est pourquoi, du 10 au 11 mai, nous avons regroupé les victimes au stade 20.000 places, pour leur présenter le vrai sens de cette journée. Il s'agit aussi de trouver les voies et moyens d'épanouir les victimes et les impliquer dans le processus de développement du pays », a-t-elle déclaré.  Elle a lancé un appel au gouvernement, aux partenaires ainsi qu'aux groupes armés pour instaurer un climat de paix. « Que les groupes armés réalisent qu'ils ont causé tant de peine à ce pays et que victimes souffrent toujours. Aussi, que les partenaires tiennent compte de leurs promesses d'aider le gouvernement dans la stabilisation du pays », a-t-elle insisté.    

A travers le ministère de l'Action humanitaire, le gouvernement a réitéré son engagement à traduire en justice les bourreaux des victimes afin de bander leurs plaies. La ministre Virginie Mbaïkoua, dans son allocution de circonstance, a rappelé la déclaration du chef de l'Etat qui reste ferme et déterminé pour rompre avec l'impunité. Elle a annoncé des solutions rapides pour soulager les victimes. « Dans notre pays, il y a des victimes visibles qui, depuis plusieurs années, souffrent dans les camps de réfugiés et de déplacés ; leur situation sanitaire se dégrade chaque jour. C'est pourquoi il est urgent de réfléchir et de trouver des solutions idoines par rapport à la problématique des victimes des conflits armés en République centrafricaine », a-t-elle indiqué. 

Relevons que cette commémoration échappe aux nombreuses victimes de l'intérieur du pays. Aussi est-il crucial que la justice accélère sa machine en vue d'apaiser les victimes qui souffrent dans leur chair au quotidien. 

© PCRC-CellCom – Stève Martial Mbétissinga

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org