Retour

La PCRC forme les leaders religieux et communautaires de Bouar


07/02/2020 - Bouar

Des leaders religieux et communautaires de Bouar impliqués dans la lutte contre les discours haineux et les fausses rumeurs ont été formés par les acteurs de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC). Ils sont désormais outillés pour la promotion de la culture de la paix, de la cohésion sociale et du vivre-ensemble.

La mairie de Bouar, à 450 km de Bangui et chef-lieu de la préfecture de la Nana-Mambéré, a abrité le vendredi 20 décembre 2019, la formation des leaders religieux, des leaders communautaires ainsi que des autorités de cette localité sur le dialogue interreligieux et la gestion des rumeurs et des discours haineux.

La cérémonie d'ouverture des travaux a été présidée par le sous-préfet de Bouar, M. Paul Shada Bagaza, en présence du président de la délégation spéciale de la commune de Bouar, M. Marcel Nambena, et de Mgr Mirek Guckwa, Évêque de Bouar.

L'objectif de cette formation est d'impliquer les leaders religieux, les leaders communautaires et les autorités locales de Bouar dans la gestion des rumeurs, dans la lutte contre les discours haineux et les désinformations.

Cette mission était conduite par l'Imam Kobine LAYAMA, l'un des sages et des fondateurs de la PCRC. Il a déclaré que « la haine est un mal qui habite le cœur de tout homme. Il ne faut pas la cultiver, car c'est cela qui entraine très souvent la division dans la famille et dans les communautés. Il ne faut pas cultiver les discours ni les propos de haine ». Poursuivant son allocution, il a précisé que « la mauvaise gestion des rumeurs et des discours haineux a eu pour conséquence les crises que le pays a vécu ». Celles-ci ont créé des traumatismes dans les gens, et ces traumatismes se sont traduits en haine qui crée la violence et pousse les personnes à se venger. Il a exhorté à éviter la haine et l'esprit de vengeance pour la culture de la tolérance, du pardon et de la réconciliation.

À la fin de la formation, M. Paul Shada Bagaza, le sous-préfet de Bouar, a lui aussi exhorté les participants à mettre au profit de la population de Bouar les acquis de cette formation. Pour lui, tout le monde a maintenant l'obligation et la charge de retransmettre les communications de cette formation à la population de Nana-Mambéré en général et de Bouar en particulier. Il a aussi reconnu la détermination des leaders de la PCRC dans la recherche de la paix depuis le début des crises centrafricaines. Ils se sont levés au moment opportun, ils ont été au-devant de la scène et c'est grâce à leurs actions que la Centrafrique a retrouvé cette paix aujourd'hui, a-t-il souligné.

Au sortir de cette formation, l'Organisation des Femmes centrafricaines (OFCA) de la Nana-Mambéré, a pris la décision, par la voix de Céline Ndebilo, la présidente préfectorale, d'organiser une série de rencontres de restitution avec les organisations féminines de la localité.

Près d'une centaine des leaders issus des différentes couches sociales et religieuses de la ville de Bouar ont pris part à cette formation-sensibilisation.

Cette activité, qui s'inscrit dans le cadre d'un projet visant à faire la promotion du dialogue interreligieux en milieu communautaire et de lutte contre les discours haineux, a été financée par l'ONG internationale KAIICID.

© PCRC-CellCom

 

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org