Retour

La Commission épiscopale Justice et Paix s'implique dans la lutte contre l'impunité


04/09/2020 - Centrafrique

La Commission épiscopale Justice et Paix (CEJP) s’investit résolument dans la lutte contre l’impunité en République centrafricaine. A cet effet, elle a organisé, le 31 août dernier, un atelier de formation à l’intention des victimes des crises récurrentes.

Au total cinquante participants, toutes des victimes de la crise, ont pris part à cet atelier de formation de proximité dans la lutte contre l’impunité. Il s’agit d’éclairer les victimes sur leurs droits pour avoir accès à la justice.

La CEJP, qui prône la justice et fait de l’impunité zéro son cheval de bataille, a voulu donner l’opportunité à ces victimes d’avoir des connaissances leur permettant de déposer leurs requêtes auprès de la justice. L’abbé Fréderic Nakombo, secrétaire exécutif de la CEJP, a déclaré : « Nous voudrions renforcer les capacités des victimes en matière de droit, les sensibiliser, les former et les informer afin qu’elles puissent se retrouver en association et agir ensemble pour leur cause. »

Ce fut aussi un moment de partage d’expériences sur le vécu des victimes à travers les focus-group et les causeries éducatives. Parmi les victimes, beaucoup ne comprennent pas pourquoi les bourreaux sont en liberté et circulent librement au vu et au su de tout le monde. Ayant beaucoup appris de la formation, des victimes ont souligné les difficultés qu’elles éprouvent dans les dépôts de plaintes à la justice, s’agissant des preuves en particulier. C’est ce qu’a déclaré Olga Mouté, présidente des victimes de Bouca. «Nous avons déposé des plaintes mais on nous réclame encore des preuves pour les justifier et les renforcer. Pendant la crise, nous étions en brousse et n’avons pas eu l’opportunité de prendre des images. Malgré tout, nous restons confiants dans la justice de notre pays. Le moment venu, ces bourreaux répondrons de leurs actes », a-t-elle déclaré.   

Depuis 2013, la CEJP a réceptionné plus de 6250 dossiers concernant les violations graves des droits de l’homme. Elle travaille aujourd’hui en étroite collaboration avec les tribunaux nationaux, la Cour pénale internationale (CPI) et la Cour pénale spéciale (CPS) pour le traitement de ces dossiers.  

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org