Retour

L'espoir de paix et du vivre-ensemble renaît dans la ville de Bambari


23/09/2020 - Bambari

Les notions de paix et du vivre-ensemble renaissent à Bambari, ville préfectorale de la Ouaka, au centre-est de la République centrafricaine. Dans cette partie du pays, la guerre a été très dure avec le positionnement d’Ali Darassa, chef rebelle de l’UPC (Union pour la paix en Centrafrique). La vie était morose, mais l’espoir semble retrouver les cœurs des hommes.

L’installation du mouvement armé UPC à Bambari avait créé une véritable psychose dans la communauté. D’obédience peulh, les rebelles de l’homme de guerre Darassa ont créé la méfiance la plus totale entre musulmans et chrétiens qui se regardaient en chiens de faïence. Ces derniers temps, des négociations ont été menées pour dénouer la situation et ramener la paix.

Dans les différents quartiers de Bambari, un changement s’opère. Le milieu Bornou où vivent généralement les mahométans est envahi par les chrétiens qui s’y plaisent allègrement. En retour, Kidikra, fief des chrétiens, accueille avec complaisance leurs frères de l’islam qui s’y sentent fort à l’aise. L’ambiance est amicale et festive. Les rencontres peuvent durer le temps qu’il pourra, car les vieilles amitiés se renouent. C’est dire que tout s’accorde !

Cette belle ambiance trouve son sens dans le fait que la sécurité est entre les mains de la mission onusienne MINUSCA, des forces de sécurité intérieure (FSI) et des forces de défense (FACA). Cela prouve que la paix et le vivre-ensemble sont de retour et qu’on ne pourra plus parler de « guerre de religion ». La confiance est totale, et les différentes préoccupations drainent les gens sans arrière-pensée. Le travail se fait de manière continue sans que personne n’ait la peur au ventre. 

Ce retour définitif de la paix à Bambari est apprécié par les autorités locales. Abel Matchipata, maire de Bambari, a précisé que la mauvaise page de la crise qui a sapé la paix entre les deux communautés depuis 2012 est désormais tournée.

« Cette crise militaro-politique a fortement secoué notre ville. A l’époque, c’était vraiment regrettable avec les violences intercommunautaires. C’était difficile d’aller de Kidikra au quartier Bornou et d’autres lieux. Grâce à Dieu, depuis plus d’un an, nous n’avons pas entendu les crépitements d’armes. Tout est revenu à la normale avec le retour des déplacés dans leurs quartiers. La paix et le vivre-ensemble règnent dans cette ville », se réjouit le président de la délégation spéciale de la ville de Bambari.       

L’espoir de lendemains meilleurs fait vibrer le cœur des habitants de la préfecture de la Ouaka désireux d’oublier les douloureux évènements. 

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org