Retour

Formation des jeunes du PK5 issus des différentes confessions religieuses


28/02/2020 - Bangui

La Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) a organisé du 18 au 19 février 2020 au PK5, poumon du commerce centrafricain à forte densité musulmane, un atelier de formation sur « le règlement des conflits, la construction de la paix et la médiation ». Cet atelier était organisé à l'intention des jeunes des différentes confessions religieuses résidant dans ce secteur.

Ils étaient 60 jeunes à raison de 20 par confessions religieuses à prendre part à cet atelier de formation organisé par la PCRC.

Le premier thème, développé par le Pasteur Joël Asana de l'Eglise Fraternité Baptiste, membre de l'AEC, a traité de « l'incitation à la haine » en référence à la Parole de Dieu tirée de l'évangile selon Matthieu (chapitre 5, verset 9).

Le 2e module portait sur la cohésion sociale. Il a été traité par M. Christian Yado, enseignant à l'Université de Bangui. Vu la complexité de cette thématique, l'orateur a articulé son exposé sur trois dimensions à savoir : le capital social, la qualité sociale et la communauté.

A titre d'illustration, M. Yado a mis en exergue les valeurs portées par les Centrafricains. Il s'agit de la langue nationale, le sango, qui est parlée et comprise par tous sur toute l'étendue du territoire nationale : « La Centrafrique est un des rares pays en Afrique où l'on parle la même langue sur toute l'étendue du territoire national. Cela facilite l'intégration de celui qui est au sud quand il arrive au nord et vice versa. Elle est un facteur important dans le processus du retour de la cohésion sociale ».

Il a conclu sa conférence en exhortant les jeunes en ces termes :« Je vous interpelle, chers jeunes, à cultiver désormais au quotidien, l'acceptation de tout le monde, sans exception, sans considération ethnique, tribale ou religieuse. En vivant ainsi, nous allons voir éclore les effets visibles et positifs du vivre ensemble dans la société ».

Le dernier orateur, M. Bernard Kpongaba Mouscain, professeur à l'Université de Bangi et vice-président de l'Autorité Nationale des Elections (A.N.E), a entretenu les participants sur le thème de la prévention des conflits électoraux. Compte tenu que le pays va connaître d'ici la fin de l'année une période électorale, c'est l'occasion pour certains d'attiser la haine et le conflit dans le pays. Voilà pourquoi, il urge d'anticiper dès à présent les sensibilisations dans les villes, quartiers et villages afin d'instruire suffisamment la population sur les dangers des messages de haine.

L'orateur a précisé que « dans le monde, il n'y a pas d'élection parfaite, sans conflit ou tension. Et le conflit ne peut être éviter que si l'on prend le temps en amont d'analyser ce qui les provoque », a-t-il déclaré.

Cette séance de formation a outillé les participants dans la gestion et le règlement des conflits et à la médiation. Ils ont pu toucher du doigt la réalité et les vertus du règlement des conflits, de la construction de la paix et de la médiation. C'est ce dont témoigne Moussa Ali : « J'ai très souvent entendu parler de règlements de conflits. Mais je ne comprenais rien. Grâce à cet atelier organisé par la PCRC, j'ai compris beaucoup de choses. Désormais, je vais m'engager au sein de ma communauté dans ce sens ».

© PCRC–CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org