Retour

Des patients guéris de la maladie à coronavirus témoignent de leur vécu


10/08/2020 - Centrafrique

Le 8 août 2020, la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) a invité  des patients guéris de la COVID-19 à témoigner de leur vécu à la population afin qu’elle prenne conscience de la dangerosité de cette pandémie.  Ils ont profité de l’occasion pour sensibiliser  la population sur l’application systématique des mesures barrières pour contenir l’expansion de l’épidémie dans le pays. 

Les premiers cas de la maladie à coronavirus ont été déclarés le 24 mars 2020 en République centrafricaine. Les autorités du pays ont édicté des mesures drastiques pour contrer la propagation de cette pandémie dans le pays : interdiction de rassemblement de plus de quinze personnes, fermeture temporaire des lieux de culte, de distraction et des établissements scolaires.

Après la confirmation des cas, les patients atteints de la Covid-19 sont systématiquement transférés au centre d’isolement de l’hôpital de l’Amitié de Bangui pour des soins intensifs allant de quatorze à vingt-et-un jours. Pendant la quarantaine, ils sont suivis et traités par des médecins spécialistes de l’épidémie.

Elodie Lavodrama, une survivante, a témoigné ses afflictions : « J’ai passé plus d’un mois de quarantaine au centre d’isolement. J’avais même envie de me suicider si l’occasion me le permettait. Car j’ai beaucoup souffert pendant cette période-là. J’avais des douleurs partout. J’avais des maux de tête et n’arrivais pas à tenir sur mes pieds. Je me sentais fatiguée tout le temps. J’avais perdu l’appétit. Vraiment c’est une maladie très dangereuse ! »  Elle a conseillé à la population le respect scrupuleux des gestes barrières. Selon elle, c’est le seul moyen efficace de lutter contre la pandémie. « J’invite tous ceux qui doutent de cette maladie à prendre conscience de sa dangerosité. Nous ne pouvons vaincre cette pandémie que si nous respectons les mesures barrières. Elles constituent jusque-là le seul moyen de lutte contre la transmission et la propagation de la COVID-19 », a-t-elle conclu.

« Le taux de contamination continue de s’accroître aujourd’hui sur le territoire centrafricain. C’est parce que  la population continue de minimiser les mesures barrières contre cette épidémie. L’incivisme de la population fait que le pays compte à ce jour près de cinq mille cas confirmés, ce qui constitue un danger pour le pays.  Nous devons tous veiller à l’application des mesures restrictives édictées par nos autorités pour barrer la route à la transmission de cette maladie dans nos communautés respectives », a déclaré Cyrille Kpaké, un autre patient guéri de la COVID-19.

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org