Retour

Centre de rééducation pour handicapés moteurs de Bangui : les enfants au cœur


18/09/2020 - Bangui

Le Centre de rééducation pour handicapés moteurs (CRHAM) est situé dans le 4e arrondissement de la ville de Bangui. Il est dirigé par Sœur Merveille Mbala-Igola. Elle dresse ici le portrait de cet établissement social et humanitaire. Tout en plaidant pour un appui tant matériel que financier par les partenaires nationaux et internationaux.

Ledit Centre, qui est une branche sociale de l’apostolat de l’archidiocèse de Bangui, a été créé en 1995 par monseigneur Joachim Ndayen, archevêque de Bangui. Il offre à la population de Bangui et de ses environs dans le besoin des services de rééducation fonctionnelle, d’appareillage orthopédique et de chirurgie. Le Centre dispose aussi d’un internat composé de deux grandes salles avec vingt lits. Il possède une petite école maternelle pour les enfants handicapés. Il s’agit de leur apprendre à lire et à écrire. Ce faisant, quand ils vont grandir, ils pourront s’intégrer dans la société assez facilement.

« Pour parvenir à une éducation inclusive, le Centre mélange les enfants handicapés et les enfants valides. Car l’objectif premier est d’offrir une rééducation fonctionnelle, l’appareillage orthopédique et la chirurgie. Le second volet permet aux handicapés adultes, à travers les formations professionnelles, à réintégrer la société. Ce sont, entre autres, la couture, le tricotage, la vannerie, la cordonnerie et la mécanique », précise la directrice du CRHAM de Bangui dans l’entretien qu’elle nous a accordé.

D’immenses difficultés

Sœur Merveille Mbala-Igola poursuit : « Malgré maints efforts, le Centre n’arrive pas à atteindre les objectifs assignés par manque de personnel suffisant et qualifié. Cela rend la vie difficile. Peu après les événements politico-militaires survenus dans le pays début 2013, les gens des provinces sont venus à Bangui avec beaucoup de handicap et de malformations. Si le Centre est là, le manque de personnel est flagrant. Le CRHAM totalise une vingtaine de personnes, hommes et femmes. L’école souffre de manque de personnel suffisant et qualifié. Les soignants est au nombre de trois. Alors que pour les statistiques de 2019, l’on avait 985 patients, dont 663 enfants et 322 adultes. Pour une bonne prise en charge, le matériel est aussi facteur de souci permanent. »

La direction sollicite le concours de tout un chacun. Y compris le ministère de la Santé et de la Population qui a donné l’agrément. Sans oublier le ministère de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant. Ceux qui peuvent aider en personnel spécialisé sont priés de se manifester. Le CRHAM de Bangui a besoin de matériels et d’appui financier. Enfin, que la solidarité internationale soit à l’écoute de l’appel vibrant et lointain de ces personnes qui ont besoin de secours !

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org