Retour

Centrafrique : la jeunesse estudiantine appelle les rebelles à cesser les hostilités


14/01/2021 - Centrafrique

Les élèves et étudiants regroupés dans l’organisation dénommée « Jeunesse estudiantine » demandent aux combattants de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) à déposer les armes et porter un regard particulier sur l’avenir de la jeunesse. Selon eux, la résurgence des violences impacte négativement le système éducatif et entrave l’émergence de l’éducation des enfants.

Les attaques de la CPC sur Bangui, la capitale, et plusieurs villes constituent un handicap majeur pour l’éducation des enfants. Les salles de classe des établissements d’enseignement public et privé sont fermées à cause de l’insécurité grandissante dans le pays.

 Francis Ngouami, étudiant à l’Université de Bangui, s’interroge : « Nul ne peut parler de développement d’une nation sans évoquer l’éducation de la jeunesse. Les élèves et étudiants d’aujourd’hui seront demain de hauts cadres de l’Etat. Dans une démocratie, l’accès à la magistrature suprême est conditionné par les élections. Nous nous sommes levés pour élire nos dirigeants le 27 décembre 2020. Aujourd’hui, certains leaders politiques et les groupes armés considèrent que la prise du pouvoir doit se faire par la force. Avec ces détonations d’armes, les enfants ne vont plus à l’école. Quel avenir réservez-vous à cette jeunesse qui prendra votre relève ? »

Au lendemain des élections groupées du 27 décembre 2020, certains leaders des partis et mouvements politiques ont demandé l’annulation et la reprise des élections. Selon eux, ces élections sont entachées de beaucoup d’irrégularités. Francis Ngouami demande à ses pairs de prendre conscience de leur avenir et d’éviter d’être manipulés par les ennemis de la paix. « J’invite les jeunes, élèves et étudiants, à ne pas céder à la manipulation des ennemis de la paix. Ceux-ci veulent replonger notre pays dans un nouveau cycle de violences. Cette situation va compromettre notre avenir et celui de ce pays que nous avons en partage. Nous appelons les fauteurs de troubles à porter un regard particulier sur cette jeunesse », a-t-il plaidé.

Des combats ont opposé, sur plusieurs fronts, les forces armées centrafricaines (FACA) appuyées par la MINUSCA, les Russes et les Rwandais, aux rebelles de la CPC. A l’intérieur du pays, les élèves sont obligés de fuir dans la brousse. Les portes des classes sont fermées et les enseignants affectés dans les provinces ont été obligés de regagner la capitale.

© PCRC-CellCom – Stève Martial Mbétissinga

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org