Retour

Centrafrique : l'Association des victimes unies demande la poursuite du processus du DDRR


23/01/2021 - Bangui

La récente crise de décembre et janvier, qui a affecté profondément la population centrafricaine, a fait l'objet d'une marche pacifique le samedi dernier à Bangui. Celle-ci a été initiée par l'Association  des victimes unies  de Centrafrique et quelques habitants du  8e arrondissement. ‘'Non à la guerre et aux violences entretenues par la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) qui ont bouleversé le processus électoral 2020-2021'', tel était le mot d'ordre de cette marche.

Selon les iniateurs, l'intérêt de cette mobilisation est d'attirer l'attention des autorités sur les violences commises par les groupes armés en général, ceux de la CPC en particulier. Une manière aussi d'interpeller la communauté internationale, témoin de cette barbarie.

La dite marche a débuté au lycée Martin Luther King dans le 8ème arrondissement pour chuter  à la primature sur l'avenue des Martyrs. Elle a été sanctionnée par la remise d'un  mémorandum au représentant du Premier ministre, Justin-Bruno Sambia.

Le document esquisse des recommandations. Entre autres : « Nous demandons au gouvernement, au conseil de sécurité des Nations Unies et aux partenaires au développement de garantir la sécurité du peuple centrafricain, de tout faire pour mettre hors état de nuire ces rebelles et traduire les responsables devant la justice. Nous sollicitons le renforcement de la sécurité à Bangui et dans les villes des provinces, l'éradication des éléments de la CPC, la levée immédiate de l'embargo sur les armes en Centrafrique (…). Nous disons non à l'insertion et à la réintégration des milices dans les forces armées centrafricaines et demandons l'indemnisation des victimes de la crise. »

Le directeur de cabinet adjoint de la primature, Justin-Bruno Sambia,   qui a reçu  cette note sur instruction du Chef du gouvernement, a répondu : « Ces recommandations viennent  à point nommé car elles sont  la  priorité du gouvernement en vue de préserver la stabilité et  la  paix durable dans le pays. Par ailleurs, les questions de l'heure, y compris la levée de l'embargo ainsi que la marche de la machine judiciaire, seront attentivement examinées. »

Les violences perpétrées pas la CPC à Bangui, ses environs et dans certaines villes des provinces ont provoqué des milliers de déplacés internes. Cependant que des voix s'élèvent pour réclamer la cessation des hostilités. Le programme DDRR poursuit la démobilisation, le désarmement, la réinsertion et le retour des ex-combattants.

© PCRC-CellCom – Claire Kokanzo    

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org