Retour

Bangui/Pk5 : Célébration de la fin du ramadan, signe de cohésion sociale

04/06/2020 - PK5

Le quartier Pk5 situé dans le 3e arrondissement de Bangui a abrité une cérémonie de fin de Ramadan célébrée en différé par le Collectif des Jeunes pour l'Éducation et le Développement (CJED). Elle a rassemblé les jeunes de toutes les confessions religieuses de Centrafrique.

Cette cérémonie a eu lieu le 7 Juin en présence de trois personnalités, à savoir Paméla Audrey Derom, présidente du Conseil National de la Jeunesse Centrafricaine (CNJCA) représentant de l'Église Protestante des Frères des camps Castors, Ludovic Bienvenu Miambaye, président sortant du conseil local de la jeunesse du 3e arrondissement représentant l'Église catholique Saint-Pierre-de-Tite dans le 8e arrondissement de Bangui et Issa Soule Wakasso, président du Collectif des Jeunes pour l'Éducation et le Développement en Centrafrique (C.J.E.D).

Dans son allocution d'ouverture, Paméla Audrey Derom a exhorté tous les jeunes à s'unir. Pour elle, cette cérémonie est un signe concret de cohésion sociale, une initiative qui prouve que la paix pourrait véritablement et durablement revenir dans le pays. Elle a exprimé sa joie en voyant les jeunes de toutes les confessions religieuses de Centrafrique et de tous les quartiers de Bangui réunis en ce jour pour célébrer d'un seul cœur la fin du ramadan. Elle a souhaité que cette circonstance soit l'occasion favorable pour la jeunesse de Bangui de baliser ensemble le chemin pour parvenir à recoudre le tissu social déchiré par la crise. La jeunesse centrafricaine doit retrouver la paix afin de mieux contribuer à la reconstruction du pays. Elle a enfin félicité les jeunes du 3e arrondissement pour cette initiative.

À sa suite, Ludovic Bienvenu Miambaye a ensuite apprécié les actions des jeunes du 3e arrondissement : « Une bonne partie de la jeunesse du 3e arrondissement de Bangui a œuvré pour le retour de la paix dans toute la localité et surtout dans les quartiers environnants de Pk5, considéré comme un endroit de violence par excellence. Aujourd'hui, lorsqu'on parle de Pk5, beaucoup de personnes  pensent à la violence et à la tuerie. Ce qui n'est pas le cas. Les choses ont changé. Cependant, il y a encore beaucoup d'efforts à déployer dans ce sens. Ce sera la contribution de tous, quelle que soit son appartenance ethnique, religieuse ou régionale ».

Enfin Issa Soule Wakasso, président du CJED, a rappelé que « notre association éduque la jeunesse qui constitue à l'heure actuelle 80% de la population centrafricaine. L'éducation des jeunes en particulier et celle de toute la communauté en général est notre affaire. Que la jeunesse centrafricaine croie en elle-même. Nous avons organisé ce moment pour relever le défi. Pour dire à nos dirigeants et ceux qui pensent encore à la division dans notre pays que la jeunesse, elle, reste et demeure soudée. La page est tournée. On dit ‘non' à la division et aux intérêts égoïstes. Plus jamais ça », a-t-il conclu.

Après cette ouverture, la célébration de cette fête a continué avec plusieurs activités abordant les thèmes suivants : ‘la prévention des conflits', ‘les élections de décembre 2020', ‘la lutte contre la propagation du COVID-19'. La journée s'est clôturée autour d'un repas fraternel.

© PCRC-Cellcom

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org