Retour

Bangassou : Reprise des activités cultuelles après le retrait des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement


03/02/2021 - Bangassou

La reprise du contrôle de la ville de Bangassou, chef-lieu de la préfecture de Mbomou, par les forces armées centrafricaines et leurs alliés, a ouvert le chemin du retour de la paix. La libre circulation des personnes et des biens a permis aussi aux fidèles de reprendre leurs activités cultuelles au sein des églises.

Située à plus de six cent kilomètres à l’est de Bangui, la capitale, Bangassou a été envahie, depuis le 3 janvier 2021, par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Cette situation a occasionné des pillages des commerces et boutiques appartenant à certaines personnalités de la ville. Pour se protéger, la population s’est réfugiée en brousse.

Dominés par la peur, les chrétiens de Bangassou ont déserté les lieux de culte, craignant la maltraitance de la part des  musulmans de la CPC. Selon le pasteur Vincent-de-Paul Ngbokoli,  de l’église Baptiste de Maliko, membre de l’Association des Eglises Baptistes Evangéliques  en Centrafrique (AEBEC), le comportement de la CPC nous rappelle le passé. « En 2013, quand les rebelles de la Séléka  sont arrivés à Bangassou,  ils ont pillé  et détruit les églises. Par après, ils ont abattu les chrétiens  qui allaient prier. Nous avons observé ce comportement parmi les musulmans de la CPC qui menacent les chrétiens se rendant à l’église. Ils disent que leur manière de prier n’est pas conforme au coran », a-t-il déclaré.

Le danger est visible partout dans la ville. Les fidèles des églises protestantes ont des difficultés pour se rendre au temple. «  Nous ne pouvons accepter de sacrifier la vie de nos fidèles. Les exactions vécues par les chrétiens au temps de la Séléka restent gravées dans la mémoire. Ce sont les anciens membres de la Séléka qui ont intégré la CPC. Demander aux chrétiens d’aller à l’église,  c’est les envoyer dans la gueule du loup. Après la reprise du contrôle de la ville par nos forces de défense, la paix est revenue. La population circule librement. C’est ainsi que les pasteurs se sont réunis à nouveau dans un moment de prière de  deux jours. Par la suite, ils ont décidé de la reprise des activités culturelles dans les églises baptistes », a ajouté le pasteur Vincent-de-Paul Ngbokoli.

Pour rappel, les chrétiens sont majoritaires à Bangassou. Pendant la crise militaro-politique de 2013, la Séléka a commis beaucoup de bavures sur les populations. Ce qui a entraîné la division, la haine et l’esprit de vengeance entre les communautés religieuses. Aujourd’hui, les efforts déployés par la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) et d’autres institutions ont abouti au retour de la paix, de la cohésion sociale et du vivre-ensemble entre les communautés.

© PCRC-CellCom – Jean Pierre Nambaté Dounia

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org