Retour

Bangassou : La population demande le renforcement de l'effectif des Forces de défense et de sécurité


12/02/2021 - Bangassou

Le 11 février 2021, la population de Bangassou a remis un mémorandum aux  leaders de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) en mission de paix dans la ville. Dans le document, elle a demandé le renforcement de l’effectif des Forces de défense et de sécurité (FDS) pour assurer la sécurité et la libre circulation dans la ville et ses environs.

La situation sécuritaire et humanitaire s’est dégradée à Bangassou, chef-lieu de la préfecture du Mbomou, à l’Est du pays. A cause des violents combats qui ont opposé, le 3 janvier dernier, les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) aux forces gouvernementales, soutenues par les troupes amies de la Russie et du Rwanda. Fuyant les représailles, plusieurs milliers de personnes se sont retranchées à Ndu, en République démocratique du Congo.

 Les leaders de la PCRC sont allés à leur rencontre. Eprise de paix, cette population demande l’envoi de troupes supplémentaires des FDS pour assurer sa protection. «Nous demandons de vive voix le renforcement  des effectifs des Forces de défense et de sécurité dans la préfecture du Mbomou en général, et à Bangassou en particulier. Nous exigeons l’arrestation et la traduction en justice des responsables des groupes armés récidivistes pour qu’ils répondent de leurs actes. Nous invitons le gouvernement à mobiliser tous les moyens à sa disposition pour libérer le territoire et enterrer définitivement l’intention des groupes armés  de procéder à la partition du pays », a déclaré Théophile Demba, maire de la ville.

 La présence menaçante de la CPC aux alentours de la ville Bangassou, sur l’axe Toungoungba, a empêché le développement socio-économique de la région. La population regrette l’inaction du contingent marocain de la MINUSCA face aux agitations des rebelles.  « A Bangassou, la population est vraiment inquiète. Car les FDS déployées dans la ville ne font pas des patrouilles au-delà de 5 kilomètres. Les rebelles sont surarmés par rapport aux forces centrafricaines censées protéger la population. Nous regrettons l’inaction de la MINUSCA face à l’agression des civils. Les insurgés détruisent l’administration publique au vu et au su du contingent onusien », s’indigne Jacqueline Kemono, représentante des femmes de Bangassou, lors d’une réunion avec les leaders de la PCRC à la mairie.

 Malgré le retrait des combattants de la CPC de la ville depuis mi-janvier, des milliers de familles se terrent encore en forêt sous des abris de fortune. Les activités restent toujours paralysées. Les leaders de la PCRC ont promis de remonter les informations au sommet de l’Etat et d’aider à ce que ces familles retournent chez elles et reprennent leurs activités quotidiennes.

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoina

Publié par le PCRC

PCRC-RCA.org
Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
info@pcrc-rca.org